Skip directly to content

Découvrez les 5 dimensions de l’adhésion thérapeutique et les 4 principes fondamentaux de l’optimisation des médicaments

Tandis que la population vieillit et que l’espérance de vie augmente, de plus en plus de personnes vivent avec plusieurs maladies chroniques et consomment  un nombre croissant de  médicaments.

On estime que seule la moitié des patients chroniques observent leurs traitements à long terme et que probablement seul un tiers d’entre eux se conforment aux recommandations relatives au style de vie, comme par exemple, des conseils sur l’alimentation.1

L’adhésion au traitement médicamenteux

L’adhésion thérapeutique  peut être définie comme étant «  le degré d’adéquation entre le comportement des patients et le suivi des recommandations qui ont été convenues avec le prescripteur ».1

Une étude menée par l’Association Européenne des Pharmaciens d’Officine (PGEU) évalue à 20 à 30 % le nombre de patients qui  n’observent pas les schémas thérapeutiques recommandés pour des médicaments visant à guérir ou à atténuer les symptômes, et à 30 à  40 %, ceux qui ne suivent  pas les schémas thérapeutiques destinés à  prévenir les problèmes de santé.1 En Europe, près de 194 500 décès sont dus chaque année à un dosage incorrect ou à d’autres formes de non-adhésion thérapeutique. On  estime à près de 1,25 milliard d’euros  le coût annuel de cette non-adhésion (également appelée non-observance) pour l’Union européenne.1

Les raisons de la non-adhésion thérapeutique sont multifactorielles et complexes. Elle peut être intentionnelle ou involontaire.1  La non-adhésion  involontaire se produit, par exemple, lorsque le patient oublie de prendre son médicament, n’est pas capable d’en ouvrir l’emballage ou ne comprend pas les instructions. Un changement d’habitude  peut également entraîner une non-observance involontaire.1 Elle est intentionnelle lorsque le patient décide de prendre son médicament à des heures différentes, des doses différentes ou pas du tout (par exemple, parce qu’il se sent mieux ou qu’il est inquiet lorsqu’il s’agit d’une utilisation à long terme).1

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les cinq dimensions de la non-observance sont liées à des facteurs socio-économiques, à l’état du patient, à son traitement, à sa maladie et au système de soins de santé (Figure 1).2

 

Figure 1 : *Les cinq dimensions de la non-adhésion, adaptée de l’OMS 20032

 

L’OMS rappelle l’importance de l’observance comme levier positif des systèmes de soins de santé, et  déclare que « augmenter l’efficacité des interventions relatives à l’observance peut avoir un impact bien plus important sur la santé de la population que toute autre amélioration de traitements médicaux spécifiques ».2

Optimisation des médicaments

L’optimisation des médicaments est définie comme étant une approche centrée  sur la personne qui vise à atteindre une utilisation efficace des médicaments, afin de garantir  que les personnes obtiennent les meilleurs effets possibles avec leurs médicaments.3

L’optimisation des médicaments c’est assurer aux bons patients, les bons médicaments au bon moment. L’optimisation des médicaments d’un patient est importante pour garantir que celui-ci prend ses médicaments comme prévu et qu’il peut contribuer à la prise en charge de maladies chroniques , de morbidités multiples et de la polymédication.3

L’optimisation des médicaments se base sur 4 grands principes fondamentaux 3

  • Le premier s’attache  à comprendre quelle est l’expérience du patient
  • Le second se fonde sur le choix de médicaments qui ont faits leurs preuves (Evidence Based Medicines)
  • Le troisième veille à ce que la prise de ces médicaments soit la mieux  tolérée possible
  • Et enfin le quatrième principe , intègre l’optimisation des médicaments dans la routine quotidienne

Ils ont pour objectif d’améliorer l’état du patient en accord avec les mesures et le monitoring effectué pour optimiser l’usage des médicaments.

Les pharmaciens peuvent proposer une orientation  et supporter l’optimisation des médicaments, mais ces principes doivent être appliqués par toutes les personnes qui sont concernées par les soins aux patients. Ces principes devraient également être utilisés par les personnes qui développent des trajets de soins et des services. Ces principes doivent également permettre de veiller à ce que ces services soient des opportunités de dialoguer à propos de ses médicaments avec le patient ou avec son aide de soins, entre les professionnels de soins de santé et lorsque le patient change de structure de soins.3enfin, l’optimisation des médicaments doit également servir à encourager les patients à devenir acteurs de leur santé et de leur traitement.

Références :

  1. Adherence and Concordance EPF position paper, March 2015. Available at: http://www.eu-patient.eu/globalassets/policy/adherence-compliance-concordance/adherence-paper-final-rev_external.pdf 
  2. World Health Organization. Adherence to Long-Term Therapies: Evidence For Action. Geneva, Switzerland: World Health Organization, 2003. Available at:http://apps.who.int/medicinedocs/pdf/s4883e/s4883e.pdfl.  
  3. National Institute for Health and Care Excellence (NICE) guideline on Medicines Optimisation: https://www.nice.org.uk/guidance/qs120
Filing number - 180199 - avril 2018
0